Le gazon passe à table!



À l’approche du printemps, rien de tel que de voir apparaître à travers la neige la promesse d’une pelouse verdoyante. Et pourtant. Souvent laissé à lui-même, le gazon a lui aussi besoin de soins et d’attention afin d’atteindre son plein potentiel. Il suffit d’un peu d’engrais et de quelques gestes simples.


 

EN ENTRÉE!


La neige à peine fondue qu’on a déjà le râteau à la main! Allez hop, on se calme le pompon et on attend sagement que le sol soit dégelé et légèrement sec. À défaut de quoi, un raclage hâtif contribuera à casser les nouvelles pousses. Rien d’irréparable, mais pourquoi ne pas donner la chance à votre pelouse de se réveiller!


À défaut d'utiliser le traditionnel râteau, pourquoi ne pas faciliter votre travail en recourant à une déchaumeuse et à un balai mécanique. Voyez comment sur notre chaîne YouTube.


Terreautage et réensemencement

Le raclage de la pelouse est terminé, vous voilà prêt à effectuer le terreautage et le réensemencement. Le terreautage consiste à étendre une fine couche de terreau sur le gazon, suivi d’un réensemencement de semences à gazon. Tout particulièrement sur les zones les plus affectées et idéalement avant une période de pluie. Le cas échéant, on s’assure de maintenir le sol humide.


Quant aux semences on opte pour Herbionik Germination Rapide pour les zones ensoleillées et Herbionik Ombre Intense pour la pelouse à l’ombre. Un kilogramme de semences couvre environ 625 pi2.














Ces deux étapes toutes simples permettront à votre gazon d’être plus résistant aux insectes et à la sécheresse, tout en étant plus performant.


Débosselage

Suivant les gels et dégels, si votre terrain est très bossu, l’utilisation d’un rouleau à pelouse permettra d’atténuer le relief sans compacter le sol. À proscrire absolument, l’utilisation d’un compacteur à plaque vibrante. Comme son nom le dit, ça compacte! Pis le gazon, c’est pas du béton!


Carottage

Ceci étant dit, lorsque votre sol vous donne l’impression de marcher sur du ciment plutôt qu’un tapis moelleux, un bon carottage est tout indiqué. En guise de test, tentez d’insérer un crayon dans le sol. Sil s’enfonce difficilement, il est temps d’aérer votre pelouse.




Tant qu’à louer un aérateur à gazon, profitez-en pour carotter dans les trois sens, deux passages perpendiculaires et un troisième en diagonal. Sachez qu’un sol humide permettra de faciliter le travail tout en obtenant un carottage plus profond. Non recommandées, les chaussures d’aération qui ne font que repousser le sol au contact des pointes. Un bon exercice pour vous, mais inutile pour la pelouse!


 

PETIT DÉJEUNER


Après avoir jeûné tout l’hiver et uniquement lorsque votre gazon commence à verdir, un apport d’engrais est tout indiqué au début du mois de mai. Pour une nouvelle pelouse d’un an ou si votre sol est sablonneux, on mise sur un engrais enracineur 10-25-10. Pour pelouse bien établie, un engrais 19-6-4 est prescrit. Assurez-vous de procurer à votre gazon des engrais à libération lente pour un apport constant et prolongé.


Le printemps annonce aussi le retour en force des pissenlits et autres verdures indésirables. De nouveaux produits sont disponibles permettant d’éradiquer ou à tout le moins de contrôler les ‘mauvaises herbes’ sans nuire à la pelouse.


 

DÎNER


Début juin, l’heure du dîner a sonné et il est temps de procéder à un deuxième apport d’engrais. Une seule formule au menu : 19-0-4, soit un engrais riche en azote pour un gazon bien vert!


Durant les mois de juillet et août, c’est la sieste! On laisse le gazon tranquillement digérer, qui plus est en période de canicule. Au besoin, on procède à un arrosage en profondeur, notamment à l’aide d’un oscillateur pour une durée de 1 h à 1 h 30. Yep! on est bien loin des arrosages en surface avec le boyau, lesquels ne font qu’encourager le système racinaire de la pelouse à s’abreuver en surface. Bien entendu, à l’annonce d’une canicule on évite de tondre en attendant le retour d’une pluie bienfaitrice.


On surveille aussi l’apparition de plaques jaunes, lesquelles peuvent être causées par la sécheresse, mais aussi par des insectes ou de l’urine de chien. Dans le cas des insectes, pour démasquer le fautif il suffit de frotter fermement la zone jaunie avec le pied. Si le gazon se détache facilement, vous avez affaire à des vers blancs. Dans le cas contraire, les punaises des céréales se sont invitées sur votre pelouse!


Pour un diagnostic plus précis et des solutions, prenez une photo et venez nous voir au centre de jardin.


 

SOUPER


Déjà l’automne! Mi-septembre on passe à table pour un dernier apport d’engrais 8-0-14 qui permettra au gazon de faire des réserves glucidiques en prévision des longs mois d’hiver.


Une fois l’an et toujours à la même période, soit au printemps ou à l’automne, une application de chaux granulaire avec magnésium participera à contrôler l’acidité du sol tout en donnant un sérieux coup de pouce à la photosynthèse. Donc une pelouse plus verte, plus longtemps.


 

DESSERT


En novembre on procède à une ultime tonte. Tandis qu’on aura pris soin d’ajuster la hauteur de la coupe à 3 pouces en période estivale, on rabaisse la lame à 1½ à 2 pouces pour cette dernière tonte. Un gazon plus court générera moins de chaume au printemps et n’oubliez pas que le gazon continuera de pousser malgré le froid.


Si le cœur vous en dit, procéder à l’affûtage de la lame afin d’être prêt à reprendre du service au printemps. Le cas échéant, cette tâche doit être effectuée avant les premières coupes pour ainsi éviter de déchirer le gazon plutôt que de le couper.


Plus important encore, prenez plaisir à marcher pieds nus sur votre pelouse si bien entretenue. C’est beau du gazon, mais c’est aussi doux au toucher, frais et énergisant! Profitez-en!