Semis réussis, potager bien garni !


Les efforts investis dans votre potager l’été dernier vous ont été rendus au centuple et vous voilà prêt à relever un nouveau et passionnant défi : démarrer vos propres semis à la maison. Bravo! Rien de plus facile. Enfin presque. Il vous suffit d’éviter quelques pièges, dont voici les plus courants…


 

LENTEMENT MAIS SÛREMENT


Certains semis sont capricieux, d’autres moins. Pour apprivoiser l’art des semis et éviter de se décourager, débutez par les semis dits ‘faciles’.


Parmi ceux-ci on retrouve : céleri, chou, concombre, courge, laitue, piment, poivron, poireau, tomate et, du côté des fines herbes, le populaire basilic. Rappelez-vous que la qualité et la fraîcheur de vos semences sont aussi au cœur de votre réussite. Un petit investissement pour des semis performants.

 

TROP TÔT


Plus tôt on démarre les semis, plus grands seront les plants à transplanter au jardin! Pas vraiment. À vrai dire, pas pantoute. Au moment d’atteindre enfin le jardin, les plants seront étiolés comme de grands ados en pleine crise de croissance. Insatiablement affamés d’engrais et de lumière. Chaque semis possède son propre rythme de germination et de croissance. Respectons-le!


Voici donc un petit calendrier pratique et tout simple à suivre…



 

TERREAU À GOGO


Dans la jungle des terreaux vendus sur le marché, il est facile de se perdre et plus encore de se laisser leurrer. Est-il nécessaire d’acheter un terreau spécifiquement dédié aux semis? La réponse est non. Pourquoi payer 10 $ pour un sac de 10 litres alors qu’il vous en coûtera autour de 6 $ pour un sac de 30 litres de terreau d’empotage de qualité, soit un rabais de 80 %!















Ceci étant dit, assurez-vous que le terreau soit bien léger, c’est-à-dire composé d’un heureux mélange de mousse de sphaigne, perlite et/ou vermiculite, compost et autres éléments. Si vous êtes incertain, faites le test suivant : pressez une poignée de terreau dans votre main, s’il forme une boule compacte, il est trop lourd!


Sachez que le terreau se veut votre investissement le plus important, mais qu’il est inutile de se ruiner.


 

FLASHE TES LUMIÈRES


Avec nos sombres hivers québécois, le manque de luminosité est un problème courant des semis avortés et des plants étiolés. Idéalement, on installe nos semis du côté sud, devant la porte patio. Les rebords de fenêtres sont tentants, mais celles-ci étant souvent mal isolées, le froid nuit à la germination et au développement des plants... à moins de pouvoir respecter une distance d’un pied.


À défaut de quoi, on opte pour un éclairage d’appoint de type DEL ou néon conçu spécifiquement pour la croissance des végétaux. Contrairement à tout ce qui éclaire nos maisons, celui-ci possède un spectre complet allant de l’infrarouge à l’ultraviolet, tout comme le soleil. Pis le soleil, les plantes aiment ben ça!


Un kit d’éclairage devrait vous coûter environ 100 $ pour couvrir 18 pots de 4 pouces. Un investissement long terme pour lequel il vaut mieux consulter un conseiller en centre de jardin afin de bien répondre à vos besoins.


 

OPÉRATION TRANSPLANTATION


Lorsque les plantules auront développé deux vraies feuilles (pas les premières qui sont appelées cotylédons), il sera temps de les transplanter dans des pots individuels de 4 pouces. Bien enfoncer les plantules jusqu’à la base des feuilles. Pour le basilic, on compte trois tiges par pot.


La transplantation au jardin débute habituellement à partir de la fin mai. Mais puisque nous demeurons au Québec, il vaut mieux garder un œil sur la météo, notamment sur les avertissements de gel au sol.


Il serait dommage que tout votre labeur se trouve réduit à néant en une seule nuit parce que vous vous êtes empressé de verdir votre jardin. En jardinage, la patience est une alliée très précieuse.


 

MOT DE PASSE : 20-8-20



Tout au court de leur croissance, les plantes seront toutes pleinement satisfaites si vous leur servez un engrais tout usage 20-8-20, et ce, à chaque arrosage. Est-ce que vous préférez vous gaver une fois semaine et jeûner tous les autres jours? Les plantes pas plus que vous.


Pour ce faire, il suffit d'utiliser ¼ de la dose recommandée à chaque arrosage. On arrose lorsque le terreau est sec en surface.










 

MOINS C’EST PLUS


L’univers des semences est si vaste que vous serez sans doute tenté de démarrer une multitude de légumes. On vous comprend. À vous de juger si vous souhaitez acheter plusieurs sachets de semences dont vous ne démarrerez que quelques semis. Eh! oui, il est parfois plus économique d’acheter vos plants en centre de jardin.


Bref, explorez, expérimentez et surtout amusez-vous! Les semis représentent une occasion privilégiée d’accueillir le printemps chez soi… en plein hiver!